A propos

   Le 20 mai 2020, les riverains apprennent brutalement par une fuite dans la presse locale qu’un projet de prison à Boisset et Gaujac doit être officialisé par la Ministre de la Justice, Nicole Belloubet, lors de sa venue à Nîmes le 25 mai 2020.

Un collectif se forme immédiatement pour analyser ce projet au-delà des éléments de langage formatés, fournis par les autorités, afin de vérifier le bien-fondé de l’argumentaire officiel au regard de la spécificité de notre territoire.

Très vite, la conclusion qui en ressort est qu’une prison à Boisset et Gaujac, c’est tout un territoire autour d’Anduze que l’on assassine.

ANDUZE, BOISSET ET GAUJAC, BAGARD, CARDET, LEZAN, MASSILLARGUES-ATTUECH, RIBAUTE-LES-TAVERNES, TORNAC ...

Ces communes et d’autres seront impactées négativement !!!

Ce projet a été décidé en grand secret, sans concertation préalable ni acceptation locale,
 il ne prend pas en compte la spécificité de notre territoire, dont la notoriété et l’économie sont fondées sur des paysages, une histoire, une qualité de vie.

Il est en en contradiction totale avec le projet de territoire voté par Alès Agglomération qui a décidé de mettre en valeur l’image et l’identité du territoire, son patrimoine et sa culture, le tourisme et de préserver les espaces naturels et agricoles ...

Ce projet n’aura que peu de retombées économiques pour notre territoire :


- pas de revenus fiscaux

- travaux de construction et d’aménagement confiés à de grands groupes nationaux

- maintenance (jardinage, blanchisserie, ...) réalisée en interne par des centrales privés nationales

- très peu d’emplois créés localement (personnel recruté sur concours national)

- détenus en semi- liberté en concurrence avec les demandeurs d’emplois locaux

- chute des prix de l’immobilier …

Ce projet sera source de nuisances : visuelles (luminosité forte aux abords de l’établissement), de nuisances sonores (cris des détenus la nuit, parloirs sauvages...), d’un saccage environnemental : espaces naturels urbanisés et défigurés, espèces protégées détruites. ​

​LE LIEU

D'après les informations que nous parvenons à récolter, l'objectif serait une maison d'arrêt de 500 places pour les détenus en attente de jugement ou condamnés à de courtes peines.

Elle serait située sur la commune de Boisset et Gaujac, plus précisément au cœur du fleuron patrimonial de la commune, le long de la route de la Draille, véritable trésor en matière de paysages, d’architecture et de biodiversité. À proximité d’habitations, dans des villages paisibles, ce projet prévoit de détruire bois, garrigues et terres agricoles pour bâtir une colossale maison d’arrêt pour 500 détenus au cœur d’un site ultra touristique qui comprend entre autre :

−  Cinq campings le long de la vallée du Gardon 


−  Une voie verte, des lieux de baignade répertoriés dans tous les guides touristiques 


−  La Chapelle romane de Gaujac et le Château de Tornac, inscrits aux Monuments Historiques 


−  Des propriétés viticoles renommées, notamment en appellation Duché d'Uzès 


−  Le Domaine de Lascours, d’une incroyable richesse patrimoniale et botanique, destiné à rayonner par 
ses expositions artistiques et son parc aux platanes centenaires classés « Arbres Remarquables », sur le 
site de l'ancienne Villa Gallo-Romaine de Valabiac. 


−  La plus grande Bambouseraie d’Europe, les poteries et leurs célèbres Vases d’Anduze 


−  Le Train à Vapeur des Cévennes 


−  Le site du pont et du château de Lézan, que la commune souhaite transformer en restaurant étoilé afin 
de créer un pôle gastronomique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À l’heure où l’on vante «Alès Agglo Terre d’excellence » en matière de tourisme vert, écologique et durable, où l’on parle d’espace du Bien-Vivre, ce n’est pas le projet de prison que nous remettons en cause mais son emplacement à l’un des pires endroits que l’on puisse imaginer en termes d’impact sur la nature et l’économie touristique : un territoire riche de sa culture, de son environnement préservé, de son patrimoine historique.

Les terres prévues appartiennent à un seul propriétaire qui n'est pas vendeur mais serait exproprié ainsi que les agriculteurs·trices qui les cultivent.

 

Nous ne sommes pas opposés à l’implantation de cette prison près d’Alès, mais nous ne voulons pas sacrifier notre territoire.

Non à la prison à Boisset et Gaujac ! 


Pour informer, mobiliser, agir contre ce projet, le collectif prison.boisset devient l'association :

GardonS Patrimoine & Environnement

 

 

 

 

Vous souhaitez participer ou être informés ?
 Voici les coordonnées de l’association :


 

GardonS Patrimoine & Environnement

Chez M. Patrick Vin

529 chemin du serre blanc

30140 Boisset et Gaujac

06 08 47 30 43

gardons.patrimoine.environnement@gmail.com

  • Facebook
  • YouTube
Vue du site.png
Vue du site 2.png